samedi 10 mars 2012

Inclusions dans les pierres précieuses, N°2

Certains, (les plus nombreux) disent que les inclusions dans les pierres précieuses amoindrissent leur valeur, on ne peut réduire les inclusions à de simples "défauts"!
 En effet, un diamant exempt de défauts est plus rare, donc il est plus cher, etc!! nous en arrivons à un syllogisme connu: 
"Tout ce qui est rare est cher, un cheval borgne est rare , donc un cheval borgne est cher."


Alors!
Un diamant pur est rare, donc un diamant pur est cher?
Personnellement, je privilégie la couleur à la pureté.

Pour le gemmologue, les inclusions (et non ce terme de crapauds) sont plutôt les témoins éloquents de la formation de la pierre , un certificat incontestable de leur authenticité (que n'aura pas le produit de synthèse)  
Cela vous renseignera sur sa provenance, sur son age, etc:
Par exemple cet octaèdre de diamant ci-dessus, ces petites taches qui peuvent vous paraitre noires ne sont elles pas des grains de chromites qui nous disent, "nous venons des grandes profondeurs de la terre et nous avons mis des millions d'années pour parvenir jusqu'a vous!"
Jusqu'a vous!, c'est à dire remontés par le blue ground :
"Terre bleue", terme anglais utilisé par les mineurs, désignant la kimberlite non altérée, non oxydée, sous le "yellow ground"* dans le 'pipe'.
Pipe:(mot anglais signifiant tuyau) cheminée volcanique cylindrique verticale remplie de roches magmatiques effusives.
*yellow ground : on désigne ainsi la terre jaune résultant de l'oxydation de la kimberlite dans la partie superficielle des pipes, sur environ 50 à 100 mètres d'épaisseur du manteau terrestre.


Diamants bruts: octaèdres plus ou moins déformés, un superbe diamant bleu au centre et ci dessous un diamant presque jonquille dans de la kimberlite jaune .





Donc: cette kimberlite (de la ville de Kimberley en Afrique du Sud). C'est cette roche volcanique qui remplit sous forme de brèches d'explosion  "les pipes", large de quelques centaines de mètres, à 2 km au plus.
Non altérée ou non oxydée, la roche est compacte, bleue à gris sombre, et contient de l'olivine, du mica phlogopite ou plutot  du phlogopite de la famille des micas, de la serpentine, et divers fragments rocheux  arrachés aux parois de la cheminée (de remontée du magma)  ou issu de zones profondes. Cidessus diamant brut dans de la kimberlite yellow.
C'est essentiellement dans cette roche que l'on trouve les diamants à raison de 1 carat taillé pour 200 tonnes de roche. En effet il faut remuer 200 tonnes pour trouver 1 carat de diamants, c'est déjà une explication de sa rareté et de son prix 


Ci dessus un cristal fantome dans un cristal brut de diamant


Décollement de matière dans un diamant


C'est une fracture dans un diamant taillé, ce que beaucoup appellent aussi une "Glace"


C'est une inclusion spectaculaire, mais l analyse quantitative des éléments chimiques des inclusions nous a appris qu'il a du se former dans un magma picritique, riche en eau et en gaz carbonique, avec des sulfures de fer, de nickel , de cuivre alors que s'opérait la solidification d'un magma de silicate  ultramafique* enrichi en carbone.
C'est au cours de cette phase, comparable à une marmite géante, avant l apparition de la kimberlite  qu'ont cristallisé  le diamant et la plupart des minéraux qu'il contient,  comme l olivine, le grenat, la chromite, le diopside, l'enstatite, le rutile , la cyanite, l ilménite, la coésite, le graphite, etc.

*Les roches ultramafiques  sont des roches magmatiques et métamagmatiques très pauvres en silice,  moins de 45 % poids (caractère basique), et contenant plus de 90 % de minéraux riches en fer et magnésium (caractère ma-fique : Mg et Fe) : généralement plus de 18 % d'oxyde de magnésium, un taux d'oxyde de fer élevé, peu de potassium


Beaucoup moins de charme, des bulles dans du corindon synthétique

Il peut y avoir des bulles gazeuses dans toutes les pierres synthétiques fabriquées par le procédé Verneuil.  Elles sont isolées ou disposées en semis, en nuages, ou se sont précipitées les unes dans les autres, comme téléscopées au cours de la fusion.
Il ne faut pas prendre pour des bulles, encore moins pour des inclusions de pierres fines , des petits amas mal fondus d'oxyde de chrome qui apparaissent noirs et s'appuyebt, s'allonge sur les zones courbes et non perpendiculairement comme des bulles déformées.
Dans les spinelles synthétiques les bulles peuvent être sphériques, allongées, télescopées, déformées en virgules.
Du fait que ces spinelles synthétiques subissent une deuxième fusion au cours de laquelle ils semblent tendre vers une forme ressemblant à celle des cristaux naturels, les bulles télescopées acquièrent des méplats qui leur donnent une apparence "facettée" Ces bulles là peuvent être une source d'erreur  car groupées, elles arrivent  à ressembler à des inclusions liquide de pierre fine.


Il existe dans les défauts de structure à la formation des cristaux, des givres secs, mais ci dessus ce sont des givres liquides, ceux ci sont en "ailes de papillon" (car ils rappellent le dessin d une aile de papillon) on les trouve le plus souvent dans les saphirs de Ceylan, certains sont appelés inclusions à deux phases : liquide + solide; ou bien d'inclusions à trois phases : liquide + gaz + petits cristaux comme dans l émeraude de Colombie



Zones d'accroissement hexagonales dans un saphir de Birmanie, vous observerez cet amas compact de fines aiguilles de rutile, qui se déposent parallellement aux faces originelles du Rhomboèdre de corindon



Zones rectilignes de couleur, des cristaux, et des lignes de macles dans du saphir (thailande) Une macle est une association orientée de deux ou plusieurs cristaux identiques, comme interpénétrés.


Ce sont des aiguilles de rutile qui provoquent cet aspect soyeux, elles se croisent à 120° c'est a dire parallèllement aux faces naturelles du cristal hôte, mais aussi dans la hauteur ce qui renforce l aspect chatoyant




Ce ne sont pas des givres ailes de papillon, mais des givres provoqués par un excès de chauffe du chalumeau (lors d un travail de réparation) sur un gros cabochon de saphir de ceylan




Différence entre le synthétique et le naturel dans un saphir: ce sont des zones d'accroissement concentriques, en gros des zones courbes dans un corindon de synthèse alors que dans le saphirs naturel elles sont rigoureusement droites. Dans les corindons synthétiques de couleur rouge, bleue ou violette des zones courbes marquent les étapes visibles de leur croissanceVous observerez aussi des craquelures superficielles dans ce synthétique (procédé verneuil) certainement dues au polissage de la pierre



Cristal de pyrite dans de l émeraude de Colombie


Pyrites dans une émeraude, photographie de Lozano Gemologos




Givres liquides enchevêtrés dans une émeraude brésilienne, ce qu'on appelle "Les Jardins de l 'émeraude"



Faisceaux d Aiguilles de trémolite dans une émeraude de Sandawana, La trémolite est une espèce minérale du groupe des silicates sous groupe des inosilicates de la famille des amphiboles, c'est a dire l'amiante



Flèches d'amour, dans une améthyste.Il y a souvent des inclusions de Goëtite (Fe² O 3 hydraté) c'est une inclusion caractéristique d'Améthyste.



Aiguilles de goethite et zone de coloration dans de l améthyste



Rutile et tourmaline dans du quartz (Cristal de roche)



Zones de coloration en chevron dans une citrine.



Corindon synthétique  procédé Verneuil.



Cristaux et givres dans rubis de Birmanie.




Zone d'accroissement hexagonal dans un rubis de Birmanie.



Décollement et ligne de macle dans un rubis de Thailande.



Zones courbes de colorations, bulles et craquelures superficielles dans un corindon synthétique (rubis de synthèse).