jeudi 22 septembre 2011

La Faillite du Comptoir Lyon Alemand et le Crash des Diamantaires qui s'ensuivit


Maison Lyon Alemand Rue de Montmorency
Cliquez pour agrandir toutes les photos 
Aux États Unis  en 1929, eut lieu la grande crise. 
Plusieurs mois plus tard, cette crise mondiale fit sentir ses effets en France, nos métiers furent très touchés, mais ce furent parmi eux les diamantaires, qui payèrent un lourd tribut à la faillite de deux banques :
Le Comptoir Lyon Alemand et la BNC (banque nationale de crédit)

Cliquez pour agrandir

Les Américains avaient réagi à la crise en adoptant un moratoire sur les dettes pour une durée de un an, et surtout  les anglais dévaluèrent leur livre (£)
La France contrairement aux autres ne décida d’une dévaluation qu’en 1936, mais c’était trop tard pour nos diamantaires, car les entreprises anglaises étaient devenues beaucoup plus concurrentielles que les nôtres.
Il devenait évident que le travail allait partir ailleurs, alors que nos entreprises étaient endettées raisonnablement, mais le cours des pierres précieuses s’écroulant, les traites  ou autres papiers que nos professionnels avaient signées ne valaient plus rien, les remboursements étaient trop lourds, la BNC et le CLA  finirent par être liquidés.
Il faut ajouter que la BUP (banque de l union parisienne) était très engagée en Allemagne, et en Autriche,  suite aux attaques subies par la BNC.
Une certaine panique se déclencha et les clients retirèrent au plus vite leur argent des Banques qui en grand nombre firent faillite.

cliquez pour agrandir l'article
Un petit retour en arrière.
Mademoiselle Alemand en 1800 crée avec Monsieur Lyon  un comptoir d’affinage des métaux précieux. Après la mort de son mari, madame Lyon crée la « société Veuve Lyon Alemand et ses fils » transformé en 1871 en « Comptoir Lyon Alemand.
Le « C.L.A » acquiert des usines à Paris, à Vienne, à Villeurbanne, puis s’implante en France, à l’étranger, en Egypte à Port Saïd et au Caire
A propos du Caire, je vous recommande un site, celui de Pascal Chour qui publie les courriers de son grand père qui dirigeait l usine du CLA en Egypte , ses échanges avec son patron parisien. En lisant tout, vous verrez ses conditions de travail et de vie a l'époque et vous retrouverez un certain"LATIMIER" qui débutait au comptoir.
http://www.pascalchour.fr/perso/divers/cla/cla3/cla3.htm


Le Petit parisien  1893

En 1922 le CLA développe une activité de Banque, « la compagnie technique et financière ». La BNC, « La banque Nationale du crédit » rachète la CTF fin 1923

le figaro 1931 cliquez pour agrandir

La B.N.C. a été fondée en 1913, et avait repris le réseau français du « comptoir d’escompte de Mulhouse », elle a un développement rapide et reprend une trentaine de banque Locales et régionales  entre 1913 et 1920. Entre temps, elle a installé son siège social Boulevard des Italiens, elle y est encore mais après de multiples reprises , est actuellement Bd des Italiens,sous le nom de « BNP Paribas ».

En 1927 André Vincent directeur du comptoir Lyon Alemand devient président de la B.N.C., c’est un homme dynamique et entreprenant; client et administrateur, mais aussi actionnaire principal de la BNC, son groupe comprend une cinquantaine de bonnes sociétés (le CLA, les forges et aciéries de Firminy, Carel et Fouché, entreprise de matériel roulant ferroviaire) Minerais et Métaux, etc.
D’après BNP Paribas je cite: « Progressivement, une confusion s’établit entre les comptes du Comptoir Lyon Alemand et ceux de la BNC. Celle ci devenue captive de son client, fait peu à peu financer son activité par la banque de dépôt , et lorsque survient la crise économique et boursière, les comptes débiteurs des sociétés du groupe Vincent pèsent lourd dans les créances de la BNC, comme ceux des sociétés nouvelles qui misaient sur la croissance ».
La main mise du Comptoir Lyon Alemand sur la BNC  avait placé les dépôts de cette banque à la portée du groupe Vincent, l'ambition d'andré Vincent fit le reste, c’est ce qui allait perdre la BNC


Journal des débats 22/6/1932
Il est évident qu’en 1930, les français, suite à la crise américaine et mondiale  sont inquiets, attentif, bientôt ce sera la panique.
Des rumeurs…déclenchent une crise de confiance, et la « Revue hebdomadaire" d’écrire « En tout cas, il y a quelques mois des bruits fâcheux ont couru au sujet de difficultés qu’aurait éprouvé le Comptoir Lyon Alemand du fait de la crise sévissant dans le commerce des diamants »
Le public vide ses comptes, en langage bancaire cela s’appelle un « début d’érosion des dépôts » c'est plutôt la panique!


JDD 20/07/1932
Dès le mois d’octobre 1930, les énormes difficultés du marché interne des diamants et pierres précieuses (les perles aussi) avaient amené les banques créancières à  créer une société « Diaperl » chargée de mettre de l ordre chez les professionnels endettés (tous) ou presque, et de faciliter la liquidation de leurs engagements, mais 610 millions de francs de l’époque quand la crise est là et que les commandes ont chuté ?
Avec quoi payer ? Alors en 1932 on songea au règlement en marchandises, il fut créé une « Société Corporative des négociants en perles fines et pierres précieuses »  et un « Comité des affaires diamantaires » pour maintenir un dialogue entre les banques et huit négociants, afin de proposer des solutions convenant à cette situation d’exception et écouler les marchandises au mieux des conditions du marché.
Pour certains la vie continue.

Cliquez Pour agrandir les articles

Ayant consenti d’importants crédits au Comptoir Lyon Alemand, la BNC est tenue pour solidaire de la situation de cet établissement et les clients se précipitent à nouveau pour retirer leurs fonds.

Nos diamantaires s’enfoncent, des ateliers de joaillerie s’enfoncent, Monsieur André Vincent, le directeur du CLA et de la BNC démissionne en septembre 1931. Il sera jugé.


Cliquer pour agrandir
Le Journal le Matin 10/07/1934




Il s’agit de sauver la banque, mais les avances du trésor public soit « 2.075 millions de francs » ne suffisent pas à la sauver et c’est la liquidation amiable sur décision du Ministre des finances en accord avec la banque de France et acceptée par les actionnaires le 26/2/1932 avec une condition…créer une société nouvelle (la BNCI) ancêtre de la BNP PARIBAS), qui reprenne le fonds de commerce, et continue l' exploitation, car les répercussions sur l économie  du pays auraient été désastreuses
Cliquez pour agrandir l article
Un concordat fut établi pour le Comptoir Lyon Alemand le 16/06/1932 mais il ne put être réalisé. 


 Marthe Hanau  se déchaine, souvenez vous, "la Banquiere" jouée magistralement par Romy Schneider.





D'après Wikipédia:"Après une grève de la faim et une évasion, elle est libérée sous caution. Elle est à nouveau arrêtée et libérée sous caution en1932. En juillet 1934, Marthe Hanau est condamnée à trois ans de prison ferme. Elle se suicide en juillet 1935 à l'aide d'un tube de barbituriques", mais avant elle écrit dans son journal "Écoutez moi"


Cliquez pour agrandir
Un dernier article ou elle parle d'André Vincent
Cliquez pour agrandir
Pour Lyon Alemand, il fut créé alors une nouvelle société  dans laquelle on met tous les actifs se rapportant à l industrie et au commerce des métaux précieux.La société se nomme « Société nouvelle du comptoir Lyon Alemand »  rapidement, en 1936  « Nouvelle » sera supprimé de l 'intitulé.


André Vincent avait voulu innover,  Dominique Lacoue-Labarthe dit dans son étude des paniques bancaires de 1930
« Il avait le mérite de proposer une autre solution au problème du financement de projet, la banque mixte, ou banque-industrie (comme on dira dans les années 1990), plutôt que le classique financement par mobilisation de papier commercial. La banque-industrie n’est pas malsaine en soi, pas plus que la mobilisation de papier de crédit  ou le découvert par caisse ou en compte courant, préfigurations du futur crédit global d’exploitation. C'est plutôt la fragilité des garanties et l'absence de diversification qui sont ici pris en défaut »

Alors nos diamantaires dans tout ce fatras?  ils ont payé, durement, sur leurs biens, pour certains ce fut long, pour d'autres très court, le chagrin, l honneur , ils en meurent, plus de boulot avec la crise, mais plusieurs avaient de la marchandise. Ci dessous une liste d'entre eux.
Lisez tout, surtout Rosenthal!!!

Bienenfeld (Etablissements Jacques)  : aux termes d'un accord de 1936 avec ses créanciers, la société fit don pendant 15 ans de tous les éléments de son actif et d'une part de ses bénéfices ; elle permit à ses créanciers le rachat des actions issues de la succession de feu Jacques Bienenfeld ; en 1946, David Bienenfeld obtint le rachat des créances contre 3 500 000 francs.
La créance de la BNC s'était élevée à 3 300 000 francs et elle acquit 1710 actions.


Cette société se transforma en Société industrielle et commerciale de la perle fine, SA avant 1941, afin de faire disparaître toute trace d'origine juive.

Il faut préciser que d'après un dossier conservé aux archives nationales

Dès octobre 1930, de graves difficultés du marché interne des perles et pierres précieuses avaient amené les banques créancières à créer la société Diaperl, chargée de vérifier la situation des diamantaires et de faciliter la liquidation de leurs engagements, qui se chiffraient à 610 millions. En 1932, on songea au règlement en marchandises, c'est-à-dire à la répartition des stocks et autres éléments d'actif entre les créanciers au prorata de leurs engagements : la Société corporative des négociants en perles fines et pierres précieuses fut créée à cet effet, tandis qu'était constitué un Comité des affaires diamantaires, organisme paritaire regroupant les sept principales banques et huit négociants, ayant pour but de poursuivre les pourparlers entre créanciers et diamantaires et de proposer des amendements justifiés par les circonstances. La société Diaperl, impuissante à résoudre les problèmes soulevés, fut dissoute en octobre 1933 et remplacée par le Service de règlement des affaires diamantaires qui dépendait de la Société auxiliaire des perles fines et pierres précieuses, fondée par les Etablissements Marret, Bonin, Lebel et Guieu réunis, liquidateurs de Diaperl, afin de représenter les créanciers dans diverse affaires.

Bourdier (Etablissements).
La BNC produisit pour environ 2 800 000 francs à la liquidation de la société qui fut dissoute en 1933.



Cliquez pour agrandir
Broche Diamants1930,avec une montre incorporée de BOURDIER vendue par Christie's en 2002, 22325e


Très jolie broche Noeud de BOURDIER (vers 1920) vendue pas Sotheb'ys en 2005  21600€ cliquez pour agrandir

Caesar (Rodolphe)  perles et pierres fines.
La BNC fut admise pour 21 millions à la liquidation amiable de cette maison, décidée par les créanciers le 14 février 1931.
En 1930, Mr Caesar était président de la Chambre syndicale en diamants, perles, pierres précieuses.


Livre de Jean Philippe de Garate ci-dessous

Cliquer pour agrandir
Dunès (Etablissements).
Après l'abandon de son actif en 1934 en faveur de ses créanciers, la société fut dissoute en 1935 ; la BNC qui produisit pour 1 200 000 francs reçut en paiement des marchandises.

Egouvillon, Lafon et Cie (horlogerie-joaillerie).
La liquidation judiciaire de cette société en nom collectif fut prononcée le 29 novembre 1932 ; le concordat de 1938 passé avec la BNC (pour récupération en 10 ans de 45% de la dette qui s'élevait à 115 570,70 francs) fut résolu et la société mise en faillite.

Eliakim (Sam).
La BNC produisit pour 69 757, 86 francs (provenant d'effets impayés) à la faillite prononcée le 5 mai 1930.

Esmérian (Paul).
A la suite d'un accord passé en 1934 avec les créanciers, la BNC fut inscrite au passif pour environ 400 000 francs ; après une longue procédure elle récupéra sa créance en 1939.

Fischof (société Léo).
SARL pour le commerce de perles fines admise au bénéfice de la liquidation judiciaire le 13 novembre 1930 ; la BNC produisit pour environ 120 000 francs, mais le concordat obtenu fut résolu, et la faillite prononcée en 1933.

Fischof et fils (A.M.)
La BNC produisit pour environ 700 000 francs à la liquidation amiable de la société, prononcée le 13 décembre 1932.


Founès (Salomon).
Après la mise en liquidation judiciaire en 1932, ce joaillier mourut et en 1934 un accord fut passé entre les créanciers et sa veuve moyennant abandon de l'actif ; la BNC avait produit pour environ 16.500.000 francs et n'obtint qu'un règlement partiel.

Frank (Etablissements Louis).
La créance de la BNC s'élevait à environ 190 000 francs lors de la dissolution de la société le 20 décembre 1933.

Habib (A. et J.)
Après la mise en liquidation judiciaire, en 1931, de cette société en nom collectif, un concordat fut obtenu avec les créanciers en 1933 ; sa résolution amena la faillite, close en 1947. La BNC fut admise au passif pour environ 15 500 000 francs et ne récupéra qu'une faible partie de cette avance.

Société d' Importation de perles fines et pierres précieuses 
Un arrangement fut obtenu en 1934 avec les créanciers moyennant abandon de l'actif et remise de parts bénéficiaires. La créance de la BNC s'élevait à 520 000 francs. Dissoute en 1944, la société ne fut pas reconstituée.

Lacloche frères (Société des anciens établissements).
La BNC produisit pour environ 2 500 000 francs à la faillite prononcée le 23 juin 1931.

Marschak (Nicolas).
La BNC fut admise au passif de la liquidation judiciaire, en 1931, pour environ 16 500 francs.

Marx (Albert).
La BNC, qui avait une créance de 500 000 francs, réalisa le gage qu'elle possédait mais ne put rien obtenir de la succession de ce négociant en bijoux décédé en 1934, l'actif ayant été absorbé par les impôts privilégiés.

Mauboussin (Georges).
Cette société anonyme, mise en liquidation amiable en 1934, devait plus de 16 millions à la BNC qui lui avait consenti un crédit de 15 millions en participation avec le Comptoir Lyon-Alemand et le Crédit foncier colonial et de banque.

Max Mayer Ltd (Londres).
La BNC produisit pour environ 2 500 000 francs au passif de cette société ; à la suite d'un accord passé avec les créanciers elle se vit attribuer pour environ 400 000 francs de marchandises, mais ne put recevoir les obligations prévues par l'accord.

Mossein, Bédarridès et Cie.
La dissolution et la liquidation amiable de cette société a été prononcée le 31 décembre 1932 ; la créance de la BNC s'élevait à environ 7.500.000 francs.


Nossovitzki (Michel).
Exploitant un fonds de commerce en perles fines, déclaré en faillite en 1933, il était débiteur d'environ 260.000 francs envers la BNC.

Polianowski (Antschel).
Négociant en perles, déclaré en faillite en 1931, son concordat fut résolu en 1939 et la faillite fut close en 1949 ; la BNC produisit pour environ 5.700.000 au passif.

Rosenthal et frères (Léonard).
Cette société en nom collectif avait eu un engagement de près de 50 millions envers la BNC ; atteinte par la crise, elle sollicita en 1932 un arrangement avec les créanciers et fut mise en liquidation amiable en 1934.

Les trois frères constituèrent ensuite chacun une nouvelle société et prirent des participations dans des sociétés immobilières ; le frère aîné alla s'installer à New-York où il développa un commerce de perles florissant. La BNC voulut faire jouer la clause de retour à meilleure fortune ; après de longues tractations Léonard Rosenthal proposa la remise de 80 000 actions de la Société foncière des Champ-Elysées ; en 1948, les associés procédèrent au rachat définitif de cette clause pour 4 500 000 francs.

Histoire des Rosenthal  http://histoire.villennes.free.fr/Pages/Extension44.htm

J'ai découvert un document officiel traduit en français, datant de 1917, lorsque l'Allemagne manquant de fonds, liquide tout ce qu'elle peut, en confisquant et curieusement la liste des joailliers ci-dessous comprends donc des maisons qui avaient déjà souffert pendant la guerre, mais qui se retrouvent dans ce désastre bancaire de 1930.

On y lit les noms de Mélik, Ascher, mais aussi de David et Grosgogeat,  le maitre d'apprentissage d'Alfred Van Cleef que de célèbres ecrivains de la bijouterie ont répandu dans le monde entier comme David et Grogeat


Cliquez sur toutes les photos pour agrandir


De mémoire de sa famille ce n'est pas son métier de grand marchand de perles, mais les affaires immobilières, et en partie "le passage des champs élysées"qui aggravèrent sa situation: voir;


http://books.google.fr/books?id=_X27oU7Uzf8C&pg=PA78&dq=Lenoard+rosenthal&hl=fr&ei=dVh7TvH7FcbtOfbOta8C&sa=X&oi=book_result&ct=result&resnum=9&ved=0CF8Q6AEwCA#v=onepage&q&f=false


Ses livres ont inspiré d'autres, et j'ai la chance de posséder un original de 1926  "Au Royaume de la perle " qui fut offert à mon père par Jacques Tharin.



Cliquez sur les photos des articles pour les agrandir



 Rosenthal  avait produit le cinéaste Serguei Eisenstein



Léonard et son fils Jean





Champs-Élysées/Caracalla, Jean-Paul -La Table Ronde-2009 Informations détaillées 
Livre en mode image et en mode texte, recherche plein texte disponible
  • Léonard Rosenthal, satrape des Champs Promoteur des galeries enclavées dans les immeubles des Champs-Élysées, Léonard Rosenthal a fait fortune dans le négoce des perles. Après la Grande Guerre, il fonde la Société immobilière des Champs-Élysées, dont l’objet principal est de privilégier une bonne publicité


Cliquez pour agrandir


























Et aussi un livre de 1924, titre ambitieux, mais.....




Rosenthal et frères (Léonard).
Dossiers des co-obligés.

Rozanès (Nissim).
La BNC a produit pour 2 500 000 francs à la mise en liquidation de cette entreprise en 1932.

Nissim Rozanes avait choisi pour transformer son Hôtel particulier un architecte de grand talent, Auguste Perret, celui qui reconstruira le Havre



Mr Rozanes fut très actif, il était juif venant de Turquie





Magasin de Mr Rozanes Rue de la Paix en 1923




Sachs et Cie (Robert).
Cette société en commandite simple obtint en 1935 un accord avec ses créanciers moyennant l'abandon de presque tout son actif, la répartition de ses marchandises et une partie de ses bénéfices, la BNC était créancière pour environ 7 millions.

Sachs et fils (Léo).
Cette société en nom collectif obtint un arrangement avec ses créanciers en 1934 ; la BNC admise au passif pour environ 17 millions.

Volt (Henri).
Ce tailleur de diamant, qui fut amené à la liquidation judiciaire puis à la faillite en 1932, était débiteur d'environ 120 000 francs envers la BNC.
1922-1954

Il faut ajouter d’autres diamantaires et non des moindres

Abouhamad (S. et M.), Auricoste (J.), Goudeket (Maurice) Dernier mari de l écrivain Colette était marchand de perles
, Société Janesich, Madame veuve Auguste Lévy et fils, Lifschitz (Bernard), Lopez (S. de),  Minassiantz (Mélik), Montias (Samy), Nersessian (Nersesse), Pollitzer et Cie (Marcel M.), Rakover (Adolphe), Stiller fils, Stiskin fils et gendre, Strauss (Albert), Wall (Gustave),

En 1929, les petites banques ont été coulées, sont restées certaines banques importantes, ces grosses banques se sortent de tout, elles sont toujours là.

Les diamantaires ont disparus, certains en camps de concentration, mais quand en 1948, le CLA est a nouveau repris, il l'est par la Banque de l'Indochine (qui s'est meme sorti de l'affaire des piastres), Worms et Cie Montagu et Cie de Londres.
L'argent n'a pas d'odeur ni de sentiments, nous pouvons juste signaler qu'en 1950 (l'affaire des piastres se terminera en 1953) était ministre des colonies François Mitterand, et René Bousquet Directeur de la Banque de l indochine.

En effectuant des Recherches pour" l'Histoire des Van Cleef et des Arpels" à la recherche de René Marty, j'ai été amené à consulter le très protegé dossier "Bonny et Lafont" aux Archives Nationales et dans les témoignages de leur procès je trouvais.



Audition de Delehaye Edmond


Laval Pierre avait une certaine amitié pour Henri (lafont) car ce dernier avait fait sortir du camp où ils étaient internés deux Banquiers, les frères……………qui seraient à la base de la fortune de Laval
Mais dans le livre "albert Buisson un destin au vingtième siecle" , j'ai trouvé ceci .


Amédée Siaume et André Vincent du Comptoir et de la BNC

Alors si vous avez des commentaires, des précisions, des souvenirs, vous pouvez laisser des commentaires ou m'écrire à  richardjeanjacques@wanadoo.fr




jeudi 1 septembre 2011

Les Bijoux des années 1860 à 1880 dans la presse de l'époque



On sortait des années 1830 avec ce collier Topazes et or ciselé, puis des années 1840 avec ce collier or et micromosaiques



Cliquez sur toutes les photos pour agrandir

Il existe les archives de certaines maisons, qui situent les oeuvres à certaines dates, mais à l'époque de Napoléon III comment se diffusaient les dessins de bijoux?
La  premiere photographie parue dans la presse a été produite à New York en 1873, mais cela n avait rien a voir avec des bijoux!
Donc que publiait la presse pour représenter des bijoux? Surtout des dessins Celui ci-dessus, date de 1862.
Mais un bref retour en arrière une exception par la qualité du dessin:


Ce dessin est attribué à Morel en 1851.


Après la révolution française de 1848, l'activité de la maison Fossin fut fortement ralentie en France, ce qui motiva l'implantation d'une boutique à Londres avec un atelier qui fut confié à Jean-Valentin Morel (1794-1860) qui, lui aussi, aidé par son fils Prosper, né en 1825, sut séduire une clientèle prestigieuse dont fit partie la Reine Victoria. Les Morel retournèrent en France après la création du Second Empire en 1852 par Napoléon III. Prosper Morel succéda à Jules Fossin en 1862. Il est le beau père de Joseph Chaumet.

Que produisait Frédéric Boucheron en 1862?




A quoi ressemblait des publicités de Bijoutiers dans la presse en 1862


Celle ci m'interesse, car en bas à droite, celle de Victor Lecarpentier, l'affaire que mes parents achetèrent en 1956 à la reconstruction de Rouen, La Rue grand pont avait été reconstruite avec des immeubles plus grands qu'avant guerre et au lieu d'etre au 66 nous étions au 30 de la rue.

Cliquer pour agrandir

De nos jours nous avons les cahiers de tendance qui nous indiquent vers quel style nos créations peuvent s'orienter, à l'époque , une revue "l'Ecrin" donnait la tendance en une planche couleur chaque mois.

cliquer pour agrandir

Boucheron fabriquait ce collier "hausse col " en diamants, un collier de chien en quelques sortes, et Falize réalisait celui ci dessous pour Sarah Bernhardt


cliquer pour agrandir




Monsieur Bapst en 1867 réalisait cette parure, dont ce noeud louis XVI au centre.
mais Mellerio n'etait pas en reste

cliquer pour agrandir
Ces parties de colliers s'appelaient des "Mathildes"


Boucheron produisait des miroirs, mais aussi en 1867, pour l 'exposition Universelle cette broche plume

cliquer pour agrandir

 Les Chatelaines, un vrai fonds de commerce pour Boucheron. 




Un joli noeud par Beaugrand

cliquer pour agrandir


Bracelet  tour de bras, bride et corps polis, clous en rubis.
Petite broche de châle ou de corsage perles, rubis, émail noir
Boutons d'oreille draperie et barrettes polies avec filets émail noir.
Barrette Rubis anneau en couleur.
Broche demie joaillerie, frange en perle
Chaîne de gilet maillons polis avec filets noirs clef et cachet du même style.

cliquer pour agrandir
Mellerio 1867 et 1868



Cliquer pour agrandir



Je dépasse un peu 1880 mais cette publicité de Boivin est ravissante

cliquer pour agrandir
Je dépasse de beaucoup la date de 1880, mais le comptoir Lyon alemand en 1900 publiait les cours de l' or


Cliquer pour agrandir

1er prix du concours de dessin de la Chambre Syndicale de la B.J.O.

Cliquer pour agrandir