mardi 28 octobre 2008

Club et balle de Golf en Or

Il y a quelques années, la secrétaire générale d'une grande entreprise internationale, me demanda si je pouvais passer au siège pour étudier une possibilité de projet . On ne refuse pas de pareilles occasions et j'acceptais le rendez vous fixé avec les directeurs du service publicité et marketing. Cette grande maison, désirait fêter le départ de son ex PDG qui prenait de nouvelles fonctions en Allemagne. Au cours de la réunion qui suivit, ils me demandèrent si j'avais une idée pour un cadeau qui reste, et en métal précieux. Après avoir fait un tour d'horizon, je demandais si leur ancien Directeur Général avait un "dada", "oui, le Golf". "Je pourrais vous faire un porte clefs balle de golf en or, avec la chaine de porte- clefs en or".
"Hum!!!!" A leur mine , je voyais que cela ne convenait pas. Je leur demandais donc un peu de temps pour réfléchir et revenir avec un projet.
Il n'y avais plus qu'a s'y mettre, j'avais bien une idée, mais pour la réaliser!!!! car il y avait un délai. Je fis appel à quelques copains, Olivier voulait bien m'aider et donc je retournais proposer un dessin:

Cliquez pour agrandir

"Voilà Messieurs, ce pourrait être un objet à poser sur son bureau, je propose de symboliser l'herbe du terrain de golf par une plaque de Malachite, la balle de golf serait en or gris rhodié, une montre à quartz à l'intérieur , le Wood serait un lamellé collé de bois précieux, le manche en or jaune, et le lien entre le bois et le manche serait un poil d'éléphant, la taille 16/24 cm environ"

Tour de table, question désagréable "le prix"?

Bof, l'essentiel, je repartais avec la commande.
Content, pour l'avoir eu, alors que cette grande maison pouvait demander à nos grandes maisons de Joaillerie, et content parce que pour un artisan, c'est tellement motivant de faire un travail inhabituel.
Et c'est a partir de là que les ennuis commencent, cela ne vient pas de la partie métal précieux, mais d'abord de la malachite. Pas de plaque de malachite, a Idar Oberstein, ou à Paris personne n'a une aussi grande plaque. Les amis parisiens finissent par m'expliquer "tu comprends bien qu'avec une grande plaque comme cela , on peut tailler pleins de petits objets, que déjà il faut trouver la pierre brute, mais que de toutes façons!!!!"
Et la date, impérative...il y avait un grand repas de prévu , des personnes venant de l'étranger.....enfin, tout quoi!

Ensuite, "Dis donc, ton poil d'éléphant, t'as vu la taille qu'il faudrait?...." "T'as pensé à demander à Giscard?"
Bon on remplacera par un fil d'Argent. Pendant ce temps je contactais les fournisseurs d'écrins. Les allemands si dynamiques en matière d'écrins me dirent d'emblée que sortis de leur fabrication habituelle, pas de pièces spéciales. Les Italiens pareils, les Français pas mieux. "Tu devrais téléphoner à ....... c'est lui qui fait ceux des grands de la place Vendôme"
Oui mais moi, pas grand de la place .
"Vous n'y pensez pas monsieur,(avec un air de majordome qui s'adresse à un non initié) c'est tout un travail, et de plus, quinze jours!!!!!" Vraiment il n'arrivait plus à respirer.
Alors comme cela m'était déja arrivé plusieurs fois, je fis appel à ma copine Elisabeth. Je lui téléphonais à Granville dans la Manche en lui disant que le mieux , c'était qu'elle veuille bien venir à Rouen qu'on en discute.
Totalement calme "so british" elle avait appris l'ébénisterie au pays de Galles je crois, elle m'écouta gravement lui demander de faire une boite en bois , si possible précieux, pour mettre notre objet, et si en plus cela pouvait avoir de la gueule, ce serait encore mieux. Le prix? "eh bien , tache de ne pas m'écraser, mon devis est serré" Elle repartit à Granville, me téléphona deux ou trois fois pour me dire qu'elle réfléchissait et que....."Tu sais qu'on a pas le temps!!"
Enfin!, en dédoublant par un sciage une plaque de malachite,(cela se voit sur la photo) et en la collant sur un socle de pierre colorée dans le même vert que la malachite, le premier problème était résolu. Il était décidé de faire la balle de Golf en entier avec la partie supérieure ouvrante, La plaque de couche du Wood est en Cornaline, les vis sont en or, le lamellé collé est en poirier, citronnier et palissandre. Pour l'écrin, obligé de faire confiance à Elisabeth, mais j'avais l'habitude, il fallait juste que je m'assure moi-même que tout irait bien!! Et...et..vint le matin de la livraison, Elisabeth, toujours flegmatique, m'apporte son travail. Le coffret sort de son carton, nous le mettons sur une table du magasin, et une fois le papier enlevé...eh bien, on parle peu, "C'est bien, c'est très bien" c'est un bois magnifique, et tu as fait l'ouverture en biais?" Je touche, j'adore toucher, c'est une partie de ma vue, je la laisse parler, (pour ceux qui me connaissent!!) elle m'explique que de toutes les formes envisagées, c'était le cube qui lui avait paru le meilleur volume. Mais elle trouvait "froid" l'ouverture sur une face seulement, alors elle avait tiré une diagonale, j'entendais tout ce qu'elle disait mais je découvrais et je pensais à plein de choses en même temps. "Quels bois" .. "Du sycomore et de l'ébène". Elle avait souligné certaines lignes avec le noir de l'ébène, elle attira mon attention sur la charnière ...réalisée en bois!!! oui ..oui.. en bois.
Puis pour ouvrir, on le voit bien sur la photo, en bas du coté ouvrant, comme un coin de page de livre légèrement courbé. Je ne pouvais que dire "Merci Elisabeth" entre manuels, nous savons l'effort et la perfection de chacun, surtout les autres car moi je suis toujours pressé. Elisabeth s'appelle Beaupère, elle n'a pas pu vivre décemment de son art, maintenant on fait moins bien, mais tellement moins cher dans le sud est asiatique, elle avait plus ou moins arrêté, je la retrouverais un jour, car elle a du talent, de celui qu'on nomme universel. Une dernière surprise, tout était fin prêt, il fallait livrer, à 20 heures, dans une salle particulière d'un restaurant. Il était temps que j'arrive , tout le monde était là, j'ai ouvert mon paquet, le récipiendaire est venu, a ouvert le coffret, nous avons sorti "l'objet Golf", il l'a regardé, a ouvert la balle de golf,a vu la montre, et a tiré sur le manche du club , celui en or jaune, alors je suis intervenu et je lui ai dit "attention , il n'y a pas si longtemps qu'il est collé" et alors, avec son merveilleux accent du Pièmont, il m'a demandé, "ce n'est pas un stylo?" Eh non! je n'y avais pas pensé.

dimanche 12 octobre 2008

Les Croix Normandes

















J'ai vécu 65 ans en Normandie, mes antécédents sont bretons aussi loin que je puisse remonter, mais je suis né un 14 juillet (1942) rue Lafayette sur la rive gauche, cette rive besogneuse, industrielle. Le quartier Saint Sever a aussi hébergé les manufactures de Faiences si appréciée des collectionneurs. Les fabricants bijoutiers étaient pratiquement tous rive droite, la vieille ville, celle ou s'étaient déja installés les Romains, j'en ai déjà parlé à propos de l'Auréus de l'empereur Commode que mes amis archéologues avaient découvert derrière le carrefour de la rue ganterie, carrefour des deux grandes voies Romaines, d'ou son nom de carrefour de la Crosse(la croix).

Si nos Normands savent faire preuve de réserve, de quant à soi, la méfiance va de pair, et on ne parle pas de somme d'argent comme cela, en revanche en matière de bijoux, les croix Normandes ne passaient pas inaperçues.
Mais il ne faut pas oublier, que Rouen a été très longtemps la deuxième ville du Royaume après Paris, et cela ne put se faire que par un certain acharnement au travail et à l'épargne et comme ce sang Viking qui coule dans leur veine les pousse a être fier, Il leur faut montrer "qu'ils ont du bien" ailleurs on dirait de "l'argent", ici, avec une certaine Pudeur, "on a du bien". Combien de fois ai-je entendu des vieux (anciens) Normands me dire "C'est pas que je ne peux pas, mais..." manière de me faire comprendre que Madame avait placé la barre un peu haut. Mais il fallait parler , revenir sur le sujet, ne jamais pousser trop sur le plus cher, être un peu l'allié de Madame, sans jamais forcer Monsieur, et puis cela se faisait, nous avions "causé" . cela m'a souvent surpris de voir sur le pas de la porte le client se retourner et me remercier. Souvent je leur ai répondu"mais je viens de vous prendre votre argent, vous m'avez payé!" "oui, mais vous l'avez bien fait"






Il y eut les Croix bosses, les Croix Jeannettes, la Croix "à cadrille" dite Croix de Saint Lô; toutes fabriquées au 18 eme siecle, mais c'est à la fin du siecle, une fois la révolution terminée lorsque le "controle" reprit en 1797 qu'apparut la Croix dite de Rouen. Au summum de leur art, les orfèvres et Joailliers étaient très nombreux à Rouen. Ceux ci couvrirent les croix qu'ils fabriquaient de petits "Strass" c'est pourquoi la Croix de Rouen fut appelée Croix à Pierres.

Toute cette dentelle résulte d'un travail qu'on appelle repercé. Sur une plaque d'or, légèrement emboutie, l'artisan dessinait un décor, perçait le métal à l'aide d'un "drille" puis "reperçait" le décor dessiné pour en faire ce bijou d'une grande légèreté. Mais il fallait du volume aussi, tout en maintenant une certaine legèreté, et une fois les "Strass" sertis, on assemblait ces espèces de Cônes surélevés, creux, d'une épaisseur de 2 à  3/IO° de m/m . Ce qui n'aurait pas résisté au polissage et encore moins au porter. Alors on bourrait ces cônes de papier brouillard, de terre, de mastic. et le plus souvent de gomme laque.



Croix de Rouen

Mais,évidemment, plus question de souder ces cônes sur la base en or, tout aurait flambé à l'intérieur. Alors on assemblait les deux parties avec une technique qui ressemble un peu à de la patisserie, comme lorsque vous faites un chausson aux pommes et que pour le refermer, vous écrasez les deux parties.
Pour "l'empierrage" il n'y a pratiquement pas de diamants sur les bijoux normands, ils utilisaient du Quartz blanc, le "Cristal de Roche" appelé aussi "cailloux du Rhin", ou "diamants d'Alençon" En effet il y avait aux environs d'Alençon des carrières de granit à Pont percé ou on trouvait du quartz bien critallisé. 




Mais , vers 1750, Frédéric Strasser mit au point le "strass" et il devellopa ses recherches pour obtenir la plus belle apparence selon les gemmes à imiter.

Il eut un succès fou, avec son "verre au plomb" composé de silice, de potasse, d'oxyde de plomb, de borax, d'arsenic. C'est l'apport du plomb qui lui donne de l'éclat, il en est de même pour la fabrication des "verres(à boire) en Cristal, c'est du verre au plomb. La plupart des croix normandes sont serties de "Strass" Très souvent sous le strass, à la fois pour lui donner de l'éclat et l'isoler du fourrage des éléments en relief, les orfevres plaçaient une sorte de papier qui ressemblait à notre actuel papier chocolat.
Et voila nos croix terminées, pour les porter autour du cou, on passaient une tresse de soie noire.

150 ans plus tard, les réparer c'était autre chose, et s'il est vrai qu'il était difficile de souder, j'en ai sauvé pas mal. Beaucoup de Croix normandes me parvenaient cassées, ou cochonnées par des soudures à l étain sur lesquelles on ne pouvait intervenir car l'étain ronge l' or dès qu'on réchauffe. Mais cela valait la peine de se "défoncer" car des Croix à Pierres il y en eut de superbes, souvent longues de 6 à 10 cm.



Il y a une vingtaine d'année nous eumes des nouveaux chalumeaux, les "micro dard" un appareil qui décomposait l'eau distillée pour séparer l'hydrogène de l oxygène et en faire un mélange inflammable. Un "chalumeau à eau " qui faisait des petites flammes comme une tête d'épingle, c'était un énorme progrès. Mais depuis quelques années, nous avons "des chalumeaux Lasers"


Un faisceau laser focalisé rassemble en peu de temps une très grande quantité d'énergie lumineuse dans un très petit espace. Les milieux que le laser traverse absorbent une partie de cette énergie, restituée sous forme de chaleur, ce qui peut "vaporiser" n'importe quel tissu vivant et amener l'or au point de fusion . On peut souder une griffe sur un bijou, sans toucher le diamant qui est serti.


Collection du musée de Fecamp Ces croix normandes ont été souvent fabriqués avec un titrage d'or très faible et nos Antiquaires voyaient les services de Garantie, détruire des chefs d oeuvre, parce qu'elle n'étaient pas au titre reconnus de 18 carats soit 750/1000°. C'est Jean Lecanuet, Maire de Rouen qui intervint auprès de l'administration des finances pour qu'elle ne détruise plus nos trésors normands.

Terminons par le plus prestigieux des fabricants joailliers


En 1863 Louis François Cartier fabriqua cette croix de Rouen, elle est reproduite dans l excellent et très beau livre "Cartier" de Hans Nadelhoffer. il a été réédité aux éditions du regard avec de nouvelles photos....en couleurs.
je crois qu'il reste peu de "Croix à Pierre de Rouen", alors prenez en soin.



Merci au Musées départementaux de Seine Maritimes, et a Brigitte Bouret pour son livre sur les orfevres de Haute Normandie
Un lien interessant sur les musées de Haute Normandie:
http://www.musees-haute-normandie.fr

mercredi 8 octobre 2008

La Briolette des Indes

Qu'est ce qu'une Briolette? J'ai trouvé une définition américaine que je crois bonne:
A pear-shaped or oval gem,especially a diamond, cut in long triangular facets
--> Une poire ovale spécialement un diamant taillé avec de longues facettes triangulaires.
Mais il semblerait qu'une Brignole soit une prune séchée, alors j'ai été régarder dans un de mes vieux dictionnaires,  
"le Dictionnaire portatif de la langue Françoise de Pierre Richelet" daté de 1756:
Brignoles : sorte de prunes, qui viennent de Brigoles en Provence.
Vu la forme de ces prunes cela donnerait : Brignoles,Brignolette, puis Briolette.

Ce diamant pèse 90, 38 carats. Louis VII aurait (à l'époque de la seconde croisade 1146-1149) offert ce diamant à son épouse Aliénor d'aquitaine. Si cette tradition orale est vraie, alors c'est le plus ancien des grands diamants que nous connaissons.
Briolettes en vente à la maison Frediani

Richard Coeur de Lion, le fils d'Aliénor, l'aurait emporté avec lui lors de la troisième grande croisade. Mais il fut fait prisonnier par Henry IV d'Autriche, et Richard lui aurait remis ce diamant en guise de rançon.
Plus tard on le distingue sur un portrait de Diane de Poitiers, la maitresse d'henri II , mais on ne sait comment il est arrivé en possession d'Henri II (j'ai horreur des buffets Henri II) . Puis plus rien, ...disparu!
400 ans plus tard, comme cela arrive souvent en matière de beaux objets anciens , un Maharadjah hindou, le propose et le vends à Harry Winston, grand joaillier de New York.

Depuis quelques années , les pierres taillées en Briolettes sont revenues à la mode, en grande partie grace à Cartier

Le Diamant Rouge



Le diamant Rouge, rare parmi les rares.
Le nom du diamant au centre de cette photo est «Argyle Phoenix». Sa taille - 1,56 carat - en fait le plus gros diamant rouge jamais extrait de la mine d'Argyle, en Australie.
Dans les années 90, on en recensait moins de 20 qui méritent 
l 'appellation rouge


Ainsi ce diamant brut qui m'appartient ne peut être qualifié de "rouge"
La présence d'hydrogène dans les diamants produit des nuances violettes, mais le diamant soumis a des pressions extrèmes pendant sa formation peut voir sa structure se compresser anormalement et devenir ainsi une pierre rouge, ou rose.



Il y a deux cent ans on le prenait pour un "spinelle -rubis"  ou même carrément en 1780 pour un rubis.
Ronald Winston (successeur d’Harry Winston, célèbre joaillier de la Fifth Avenue) a dit :
« Je pense que c’est l'objet le plus rare sur la terre, mon père n’a jamais vu un octaèdre rouge et pourtant, il avait tout vu »
Du rouge au pourpre, ce sont vraiment les plus rares et exceptionnels de tous les diamants fantaisies (fancy diamonds) on sait maintenant que leur couleur rouge est due à la présence de traces d’azote.
Alors Ronald Winston, contrairement à son père, a pu enfin, en 1988, acheter la rareté de la rareté, un diamant rouge provenant d’Inde. Le « Raj Red » (2cts 23).
Il est apparu sur le marché en 1988 et Ronald Winston a du débourser 2 millions de dollars par carat pour tenir dans ses mains un diamant rouge vieille mine qui venait d’Inde. Une goutte de sang du géant Balla, ce géant qui selon la légende indienne, est à l’origine de tous les gisements des pierres du continent.
Le diamant avait appartenu au Maharadja de Nawanagar, qui possédait aussi un diamant magnifique et étrange, de couleur Olive, « l’œil de tigre » qui pèse 61 carats 50.Cette goutte de sang du géant aurait été achetée ensuite, par le Sultan de Bruneï qui possède aussi le Hancock Red Oct. 95 qui atteignit presque le million de dollars le carat en 1987,ce diamant est un taille brillant, Il a été adjugé le 28 avril 1987 chez Christie’s pour 880 .000 $, énorme! mais c’est le prix de la rareté bien que pour ce prix vous avez juste un diamant d’un peu plus de 6 m/m. Ces diamants rouges naturels sont tellement rares qu’on les a tenus longtemps pour hypothétiques.
C’est encore « Christie’s » qui le 15/11/2007 fait monter les enchères à 1.826 809€ pour un diamant de couleur « pourpre rouge » quasiment rouge de 2carats 26, c’est le célèbre joaillier de Bond Street , Laurence Graff, qui l’acquiert.Bague ci-dessus.



On peut citer le De Young red qui est un diamant taille brillant dont toutes les facettes sont divisées par deux, ce qui lui donne plus de brillance. Il a une légère nuance de brun, ce qui lui donne un ton plus grenat, certains pensent qu'il est originaire de l'Inde. Il a été légué par son propriétaire , Sidney de Young, en 1987 au Smithsonian Institute de Washington D.C A droite ci-dessus.
Un diamant taillé en radiant de 1ct 92 a été vendu à New York le 24/10/2001 il se nomme le Phillips de Pury.

Deux ou trois autres diamants , mais qui tirent plus sur le violet, ont été aussi vendus ces dernières années 


Mais , peut être le plus beau sur la photo ci-dessus: Le Moussaief Red
Il pèse 5 carats 11 , taille troîdia, une fois acheté , il a pris le nom de sa propriétaire , madame Moussaief , autre célèbre Joaillère de Londres.
Il provient de la mine de diamant alluvionnaire "Triangolo" au brésil.

Madame Aliza Moussaief aime bien les diamants de couleur, puisqu'elle est propriétaire d'un diamant de 6 carats 04 de couleur Bleue, un diamant très pur taille émeraude, le prix est tellement énorme que je ne le cite pas 


"L'important c'est d'aimer" les pierres précieuses

Merci a Hubert Bari pour certaines notes